La performance individuelle ne se construit pas seule. Elle est rendue possible par les apports de l’organisation et des collaborateurs. Elle est favorisée par un environnement de travail, en même temps qu’elle participe au façonnage de celui-ci. Elle est donc le résultat de conditions organisationnelles (coopérations entre les métiers), sociales (dialogue avec le management) ou bien encore professionnelles (échanges et débats avec ses pairs). Autant dire qu’il existe un lien robuste entre Qualité de Travail et performance individuelle du salarié : offrir aux salariés les conditions de la première, c’est recevoir la seconde en retour.

Quant à la performance collective, elle est plus que la somme des performances individuelles : elle traduit la capacité des personnes à travailler ensemble et à mettre en œuvre une intelligence collaborative. Elle repose sur la capacité de l’organisation et du management à créer de la coopération, laquelle peut s’appréhender comme « le fruit d’un lien volontaire qui suppose la confiance et la reconnaissance du travail », comme l’énonce le psychiatre et universitaire en psychologie du travail Christophe Dejours.